NEWSLETTER

cosset 0La crise centrafricaine s'intensifie au niveau de la violence. Le Président centrafricain M. F.A. Touadéra a-t-il fini par comprendre qu'on ne négocie pas avec les terroristes, qu'on ne tend pas la main, même indéfiniment, à des bandits qui ne se revendiquent pas comme tels, mais qui se cachent sous de faux prétextes pour prétendre défendre, en l'exploitant au passage, une couche de la population centrafricaine qui finira par reconnaître un jour, si cela n'est déjà fait, qu'elle a été l'objet d'une manipulation odieuse et inhumaine ? 

 

Fort de ces éléments, monsieur Touadéra doit comprendre qu'il ne doit plus reculer, s'il veut avoir le peuple à ses côtés. La gouvernance d'un pays ne se pose pas en termes de croyances religieuses. C'est dire qu'il n'y a pas de musulmans, il n'y a pas de chrétiens en Centrafrique car il n'y a que des centrafricains, un peuple qui doit être protégé par ses institutions.

 

 

Et ceux qui savent sciemment qu'ils ne sont pas centrafricains et qui sèment le désordre dans ce pays, doivent aussi se remettre à l'évidence pour s'approprier le fait qu'ils n'ont pas leur place en Centrafrique.


Ne reculez donc pas Monsieur le Président, ne reculez surtout pas pour ramener la paix et la sécurité au sein de votre peuple. Le courage finit toujours par payer.

 

Par Adolphe Pakoua

Politique (Articles en relation)

RESEAUX SOCIAUX

Qui est en ligne ?

Nous avons 46 invités et aucun membre en ligne

NOS PARTENAIRES